Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

WLADIMIR MITROFANOFF architecte

sur un tableau de Grosz
Reste la géométrie des fenêtres

Projetées dans la rue

Par les feux du cratère monstrueux,

Enfoncement où tout s’agglutine,

Où le passé pèse et flambe

Pour recracher son désordre.

Bûcher urbain des rêves fredonnés

Barrant les chemins vers le dehors d’une ville

Qui n’existe plus que dans les pans noircis

Des murs de pierre.

Limites qui s’inversent

Que la fumée emporte

Et dont le souvenir demeure.

Incandescence fascinante qu’il faut peindre

Pour ne pas oublier le vol des corbeaux d’acier.

Voir les commentaires

2015 - comme un printemps qui dure

Une neige froide et grise, sombre

Comme le rideau d’une alcôve déserte,

Accompagne l’agonie du jour,

Le destin fané d’un bouton de rose

Et les cris de l’oiseau lyre

Perché sur la crête du roc que le gel a fendu.

Nature comme tu es belle au couchant de l’hiver

Quand tu sais faire espérer le printemps.

W.M.

le Sillon Bleu   
Acrylique de France Mitrofanoff

Voir les commentaires

Hébergé par Overblog